Share

Seborga: l’histoire, le folklore et le tourisme

A quelques pas de Ospedaletti et Bordighera, niché entre les collines de la Riviera di Ponente il y a un petit village, parmi les plus beaux d’Italie, qui a une longue histoire. Il s’agit de Seborga, un village qui a des origines et une histoire anciennes, et est mieux connu comme la Principauté de Seborga.

Fief des comtes de Vintimille pendant le Haut Moyen Âge, avec le transfert formel aux moines bénédictins de Lérins, le territoire de la Principauté de Seborga est devenu la Principauté du Saint Empire romain germanique, le seul État cistercien souverain jusqu’à l’acquisition par Vittorio Amedeo Deuxième en 1729, un acte qui n’a jamais été enregistré par les autres États, de sorte que même après l’unification de l’Italie et de la proclamation de la République, Seborga est toujours considérée comme une Principauté autonome.

La Principauté dispose d’un atelier monétaire, établi en 1666 avec l’objectif d’émettre sa propre monnaie pour rappeler les origines et l’histoire de Seborga.

Un intérêt considérable pour les collectionneurs est également attribuable au Musée des Instruments de Musique de Seborga, une collection de 135 instruments de toutes sortes et de différentes époques, du XVIIIe siècle aux années trente du XXe siècle.

La fête de San Bernardo, le 20 Août, a été aussi créée par George Ier pour célébrer la souveraineté de la Principauté et pour rappeler Bernardo di Chiaravalle, qui en 1119 avait nommé à Seborga les premiers   Templiers prêts à partir pour les croisades.

Entre l’histoire, le folklore et le charme d’un passé ancien que les scénarios et les histoires médiévales évoquent, Seborga, immergé dans l’argent de ses oliviers, est peut-être le seul exemple italien d’une   bizarre question du gouvernement italien, selon beaucoup de personnes   plus touristique que authentique , mais toujours agréable à découvrir.

 

[Alessandra Chiappori]

Available also in: enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) ruРусский (Russe) itItaliano (Italien)