Share

Thor Heyerdahl : un homme, la mer et son défi.

De la Norvège à la Ligurie, en traversant le monde.

Colla Micheri est un petit bourg médiéval édifié sur la colline entre Laigueglia et Andora, le long du trajet de l’antique voie romaine Julia Augusta. Sur la mer en position dominante domine l’horizon une tour sarrasine du XVIème siècle qui probablement, au vue de sa forme circulaire,  fut originairement un simple moulin à vent ; sous cette tour se trouve la tombe de Heyerdahl qui, pour plus de 30 ans, a choisi de vivre dans cet endroit de rare et grande beauté.

Le grand norvégien, diplômé en biologie à l’université de Oslo, fut un anthropologue qui devint un précurseur des hippies en choisissant, en 1937, de vivre avec sa femme sur une des îles du Pacifique, à Fatu Hiva, un authentique style de vie « adamique » où un autre norvégien, Henry Lie, sur l’ile depuis plus de 30 ans, lui montra des statues de pierre semblables à celles qui furent retrouvées en Colombie : moment décisif qui changea complètement la trajectoire de son voyage et de sa vie. En effet, pour la première fois, il entendit parler de la légende de « Kon-Tiki », Dieu du Soleil, nom resté célèbre et lié à sa renommée internationale : Heyerdahl fut non seulement un grand anthropologue et archéologue de renom mais aussi un explorateur connu pour son incroyable périple de 1947 qui le conduisit à traverser 4.300 milles d’océan avec son radeau – fait de bois –  appelé Kon-Tiki , des côtes de l’Amérique du Sud aux îles Tuamoto, afin de démontrer et prouver à tous que les Incas auraient très bien pu traverser l’Océan et rejoindre la Polynésie au moyen de simples embarcations. Cette expédition fut préparée dans les moindres détails de façon à utiliser toutes les techniques et les outils technologiques de l’époque. L’expédition de Heyerdahl fut un des voyages les plus extraordinaires du XXème siècle, un voyage destiné à devenir une histoire. L’équipage de cette épopée était composé du marin et artiste Erik Hesselberg qui peigna le visage du Dieu sur la voile ; Bengt Danielsson suédois, cuisinier et sociologue très intéressé aux migrations humaines ; Knut Haugland et Torstein Raaby, tous deux experts et responsables de transmissions radio ; Herman Watzinger, ingénieur chargé des mesures techniques, météo et hydrographique.

Pendant plus de 40 ans, l’homonyme musée « Kon-Tiki », inauguré en mai 1950, fut dirigé par Knut Haugland, membre de l’équipage,  et qui le remplace aujourd’hui est Thor Heyerdahl junior, fils du chef de l’incroyable expédition.

Après l’épopée de 1947 qui fit beaucoup parler d’elle, Heyerdahl continua son travail en réalisant de nombreuses expéditions et explorations archéologiques de l’Océan Pacifique en passant par l’Atlantique, les Galapagos, l’Ile de Pâques et enfin sa dernière aventure, en Russie, en mer d’ Azov, interrompue à cause de ses graves conditions de santé.

Il fut un auteur de nombreux livres très apprécié mais aussi un grand réalisateur qui fut récompensé en 1951 par le prestigieux Oscar pour son documentaire « Kon-Tiki ».

Quand un jour quelqu’un lui demanda son secret pour rester jeune, il répondit : « ne jamais renoncer !! »

1937-38: fatu hiva
1939: british columbia
1947: kon-tiki
1952: galapagos
1955-56: isola di pasqua
1969: ra
1970: raII
1977-78: tigri
1883-85: maldive
1986-88: isola di pasqua
1988-93 tucumè (perù)
1991-98 tenerife (isole canarie)
1999-02: azov (russia)
2002: samoa (polinesia)

Viviana Spada

  • www.kon-tiki.no
  • www.mheyerdahl.com

Available also in: enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) ruРусский (Russe) itItaliano (Italien)