Share

La grande histoire de la physique au Lycée Cassini de Sanremo

Ce n’est pas par hasard que le Lycée Cassini de Sanremo est intitulé à l’astronome Gian Domenico Cassini, l’un des grands noms de la science de la Province d’Imperia. Discret et enfermé entre les murs de l’ancien lycée, se cache en effet un trésor scientifique qui témoigne de près un passé intéressant et peu connu. C’est ce qu’on appelle le Laboratoire de Physique, un véritable coffre aux trésors, qui a été récemment restauré et qui a des ambitions importantes, telles que devenir un véritable musée.

Le Lycée Cassini, qui est l’une des écoles les plus anciennes de la Ligurie, est né au début des années 1800 à Nice en qualité de gymnase expérimental. Avant-gardiste pour l’époque et centre d’excellence, il a été transféré à San Remo en raison de l’annexion du Comté de Nice à la France, consacrée par le Traité de Turin en 1860.

Son ambition éducative mène à mettre en place un laboratoire scientifique équipé des installations et des appareils les plus modernes, témoignages d’une grande attention aux sciences appliquées, très répandue parmi les intellectuels de l’époque. Le cabinet est équipé d’instruments très coûteux, d’une grande valeur esthétique, et fonctionnels dans tous les domaines de la physique : la mécanique, l’étude de la lumière, le son et l’électricité et sont presque tous encore utilisables.

Les Chroniques de la fin du XIXe siècle compte parmi les utilisateurs du Cabinet, aussi Alfred Nobel qui, pendant son séjour à Sanremo, a eu l’occasion d’accéder aux instruments pour ses expériences. Un travail capillaire, financé par la Région Ligurie et par la Province de Imperia, a été réalisé dans le lycée par les professeurs Matilde Taggiasco et par l’assistant technique Luigi Zunino, ce qui a assuré l’identification, le catalogage et la restauration de la totalité du

Laboratoire de Physique, qui est maintenant exposé, grâce à l’aide du Club Rotary de San Remo, dans des thèques spécialement conçues qui sont situées au dernier étage de l’école, en attendant des nouveaux fonds pour être exposées dans un vrai musée ouvert au public.

La valeur de cette collection extraordinaire, qui est actuellement accessible aux étudiants du lycée, n’est pas seulement scientifique, mais est aussi didactique.

[Alessandra Chiappori]

Available also in: enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) ruРусский (Russe) itItaliano (Italien)