Share

La ”Pigna”

Un portail qui sépare le présents du passé. Quelques pas qui séparent le monde chaotique de nos jours de celui magique et mysterieux du Moyen-Age.

‘Les porte de la Pigna sont contiguës et marquent les entrées aux trois enceintes de murs nées pour défendre une ville qui c’est agrandie au fil des ans et qui avait le besoin de se defendre des incursions hostiles qui arrivaient principalement de la mer.  Au fur et à mesure qu’on monte et on s’engage dans la vieille ville, entre ruelles étroites et escaliers, la Pigna – rebaptisée ainsi pour sa forme caractéristique rendue par les maisons qui la composent –  montre aux yeux des visiteurs un spectacle très suggestif. Juste à quelques pas de la première porte s’ouvre la Piazza dei Dolori, avec son oratoire bâti en 1508 et surmonté des blasons de la ville, et le palais du Préteur. Un peu plus loin, la Rue Luca Spinola avec le palais historique homonyme qui a hébergé le podestat de Gênes, le palais de la famille des Fornari et Palazzo Manara qui en 1538 a hébergé le Pape Paolo III de retour d’Avignon. En montant encore et traversant les autres Portes, avec leurs volets nés pour pouvoir regarder ceux qui approchaient, on passe par la petite, mais riche d’histoire, Chapelle Bottini et, à travers la Porte San Giuseppe, qui date de 1560, avec ses portails originaux, on arrive à l’église homonyme, née en 1571. Le voyage dans l’histoire de la Pigna mène les visiteurs à la découverte de la petite Piazza Capitolo, avec le mystère lié à ses origines et à son nom, et encore, à la belle place Santa Brigida.

[Simona Maccaferri]

Available also in: enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) ruРусский (Russe) itItaliano (Italien)